L'ATTENTE DU MESSIE

Quelques lignes glanées au hasard

Ces textes ne reflètent aucunement mes croyances. J'ai seulement voulu donner un aperçu d'un phénomène socio-culturel dont l'importance est évidente.

Il s'agit d'une manifestation répandue sur toute la surface du globe.

Pour prendre un exemple simple, si on constate que toute la population de Hong-Kong met des masques, ça ne veut pas forcément dire que la pneumopathie atypique (qui va bientôt devenir typique) se trouve à tous les coins de rue.

C'est simplement l'observation d'un comportement lié à une conviction.

Ces quelques textes ont été pris quasiment au hasard parmi des centaines de milliers et nombre de pays, de peuples, de cultures, de religions n'ont pas été citées.

Mais pour qui veut se donner la peine de faire une recherche plus approfondie, il est facile de voir qu'on retrouve le même phénomène partout.

Je ne fais (pour l'instant?) aucun commentaire.

.......................

Les idées millénaristes se rencontrent aussi dans les autres religions et particulièrement dans l'islam et dans le bouddhisme. L'islam a recueilli, d'une part, des héritages judaïque et chrétien, comme en témoigne la sourate XXII, 46-47 du Coran : « Un jour auprès d'Allah est comme mille années de celles que vous comptez » et, de l'autre, des traditions iraniennes et folkloriques : par exemple, celle de l'« imam caché », comparable à la légende de Frédéric Barberousse dans le Kyffhäuser. Des hérétiques, les duodécimains, et plus généralement les shiites, pensent que le douzième imam (chef de la prière), Mohammed A'boul-al-Kazin, disparu à l'âge de sept ans, n'est pas mort et reviendra restaurer la vraie religion musulmane. Ce même millénarisme issu d'un fonds commun au judaïsme, au christianisme et à l'islam, et cristallisé autour d'une sorte de messie, le Mahdi (le « Bien dirigé »), qui doit venir instaurer sur terre un règne de la Paix avant le Jugement dernier a inspiré un courant religieux et révolutionnaire musulman, le mahdisme, qui, depuis le Moyen Âge, a touché surtout le Maghreb et l'Afrique musulmane. Son incarnation la plus célèbre a été le mouvement dirigé au Soudan égyptien par le Mahdi Mohammed Ahmed et un groupe de derviches qui remporta des victoires spectaculaires sur les Anglais de 1881 à 1885. Ce mahdisme musulman s'est, par exemple, combiné à Java au tout début du XXe siècle avec des traditions eschatologiques du bouddhisme et de l'hindouisme pour inspirer le mouvement saministe

.........

Pour le shi'isme, le vrai sens de la révélation coranique dépend en fin de compte de la vérité de l'existence humaine, que le wahi manifeste. Aussi la tradition shi'ite est-elle davantage orientée que la tradition sunnite vers la personne qui reçoit le message révélé ou vers celle qui le transmet ; elle conçoit la révélation divine dans la ligne de la prophétie (nubuwwa) et d'une prophétie appelée à se poursuivre dans le temps pour interpréter la révélation. Elle est tournée vers la manifestation non pas, certes, d'une nouvelle shari'a, mais du sens plénier de la shari'a. Cette manifestation est attendue avec la parousie de l'« imam caché » (ou de l'« imam de ce temps », présentement caché, selon le shi'isme duodéciman), ce descendant du Prophète qui apportera le sens dernier du wahi.

La pensée shi'ite trouve son couronnement dans la mystique des soufis, qui représente « l'effort suprême d'intégration de la révélation coranique, la rupture avec la religion purement légalitaire et le propos de revivre l'expérience intime du Prophète » (H. Corbin).

............

En hébreu, le terme «machiâh» désignait «l'oint», celui qui a été consacré, prêtre ou souverain. Cette idée de souveraineté existe aussi chez les Perses. Et le prophète Isaïe appelle Cyrus «Messie de Dieu».

Le judaïsme a connu une évolution de la conception du messie. Dans la Bible, il est d'abord une appellation des rois d'Israël, puis des grands prêtres. Plus tard, il désigne les prophètes et enfin l'Envoyé de Dieu qui, à la fin des temps, réunira les exilés de Sion, un roi glorieux, plus grand que Salomon et qui établira Israël à la tête des nations. Cette évolution suit l'histoire du peuple juif. Le messie prend une grande importante dans les époques de grandes épreuves: exil à Babylone, occupation romaine. Il est celui qui invite à l'espérance les croyants persécutés.

Deux conceptions du messie

Cette espérance s'incarne dans deux images différentes. Pour certains, le messie sera un «roi glorieux», «un fils de l'homme», venu sur les «nuées du ciel», pour établir un royaume de paix et de justice. Pour d'autres, le Messie n'aura qu'une mission spirituelle.

À la première, se rattachent les faux-messies, prétendus libérateurs temporels: Siméon Bar-Kokheba (en 131), David Al Rohi (Xe siècle), David Hareouveni (XVIe siècle), Sabbataï Zevi (XVIIe siècle)... et, en notre temps, le rabbin Menahem Mendel Schneerson.

Le christianisme s'inscrit dans la seconde acception du Messie, celle du «serviteur souffrant» (Isaïe 53). Jésus a été fait «Seigneur et Christ», le mot christos étant en grec l'équivalent de «oint». Il se révèle progressivement comme «Fils de David», nouveau Moïse, et se déclare «Fils de l'homme» et «Fils de Dieu». Mais c'est sa résurrection qui confirme à ses disciples qu'il est bien le Messie: celui qui libère l'humanité du péché d'Adam, par le sacrifice de sa vie.

Dès lors, les premières communautés chrétiennes annoncent les deux venues du Messie. La première en Palestine, qui inaugure le Royaume de Dieu; la seconde qui, à son retour, verra l'accomplissement de ce Royaume (I Corinthiens 15).

Même s'ils ne fixent pas de date à ce retour, nombreux sont ceux qui croient que «la venue du Seigneur est proche» (Épître de Jacques 5, 7-11).

Le millénarisme

Plusieurs sectes ont repris cette tradition judéo-chrétienne, en insistant surtout sur la croyance et l'attente d'un nouveau règne du Christ pour mille ans et précédant le Jugement: c'est le millénarisme.

Le mahdi musulman

Une branche de l'islam, le chiisme, présente également une certaine conception messianique. Les chiites attendent le retour du dernier imam (al Hosain, descendant du prophète tué en 680). Il se confond avec le mahdi, le Messie du jugement dernier.

............

Le Shi'isme

Puisque l'Iran est, aujourd'hui, majoritairement Shi'ite, il n'est peut-être pas inutile de présenter une petite note sur le Shi'isme.

Ce mot vient de " Shiat'Ali " : le parti d'Ali, qui regroupait les 12 hommes qui défendaient sa candidature à la succession du Prophète. Ali sera, comme on l'a dit, le 4e Khalife (ses prédécesseurs étant, dans l'ordre, Abu Bakr, 'Umar et 'Uthman), et sa famille sera massacrée à Karbala. Les partisans d'Ali investissent celui-ci d'une fonction spirituelle divine, qu'il transmet à ses descendants, les Imams (Il n'y a donc qu'un seul Imam pour les chi'ites, alors que pour les sunnites, est Imam toute personne qui dirige la prière !). Les chiites adhèrent personnellement à une autorité supérieure, un esprit 'éclairé' : le mujtahid. Les plus importants mujtahids portent les titres enviés d' Ayatollah et d' Hodjat-ol-Islam...En fait, il existe plusieurs types de Shi'isme:

a) le Shi'isme "classique" duodecimain

Pour eux, il y a eu 12 Imams descendants successifs d'Ali. Le 12e aurait, par un beau jour de 873, disparu dans la cave de sa maison à Samarra. Les théologiens croient qu'il est toujours en vie, et qu'il va revenir (d'ou son nom de al-raj'ah : celui qui reviendra), et qu'en attendant, il interfère avec les affaires de ce monde. Cette secte est tombée en déclin sous les Abbassides, jusqu'à ce que les Séfévides ne l'élèvent au rang de Religion d'Etat en Perse, et revendiquent une filiation avec les 12 Imams. Dans ce pays, l'absence d'Imam a créé des problèmes, car tout Imam autre que l'al-raj'ah est par définition un imposteur. C'est pourquoi les Shahs Séfévides, Khadjars, Pahlavi, puis Khomeiny et maintenant Khamenei se considèrent comme dépositaires provisoires du pouvoir en attendant le retour de l' al-raj'ah.

b) le Shi'isme Zaydite

Il ne reconnait que les 5 premiers Imams. Il n'y a pas d'imam "caché" Tous les autres ne sont que des usurpateurs. Les Zaydites sont surtout implantés au Yémen.

c) le Shi'isme Ismailien

Ils ne reconnaissent que 7 Imams. Pour eux, c'est le 7e, Ismael, qui a disparu après le massacre de Karbala. On l'attend, et il est le Mahdi (messie)Ils ont pour chef l'Aga Khan, et on en trouve un peu partout.

.............

Malcolm est ensuite transféré à la prison de Norfolk où la vie y est moins dure, il reçoit des visites de ses frères et sur récemment convertit à une religion que Malcolm ignorait : l'Islam. Malcolm se laisse attirer par les doctrines islamiques prêchées alors par un noir du nom d'Elijah Muhammad (les 2 photos ci-contre à gauche), leader de la "Nation of Islam" (NOI). L'Honorable Elijah Muhammad, de son ancien nom Elijah Poole, propage l'Islam auquel il s'est convertit après sa rencontre avec le Maître Wallace D. Fard aussi appelé Wallace Fard Muhammad (photo ci-contre à droite). Fard Muhammad a fondé la NOI en 1930 pour guider les noirs d'Amérique vers l'Islam qu'il disait être la vraie religion de l'homme noir, et qui s'est présenté à Detroit, comme étant "celui que les chrétiens appels Messie et que les musulmans nomment Madhi" (1). Il enseignait que les noirs étaient les descendants de la tribu asiatique des Shabazz (2).

(1) Contrairement à ce que prétendait la NOI à cette époque, la doctrine orthodoxe de l'Islam sunite ne confond pas la personne du Madhi et celle du Messie. Al-Mahdi sera un Imam bien guidé issu de la communauté musulmane, qui précédera la résurrection de Al-Masiah (le messie), Jesus Christ (Aissa en arabe) fils de Marie, qui reviendra sur terre du vivant du Mahdi pour tuer l'antéchrist, et indiquer le droit chemin aux croyants.

(2) Le nom "Shabazz" que les théories du peuple afro-asiatique, de Wallace D. Fard utilisaient, viendrait de la Mosque Lal Shahbaz Qalander, au nord de l'actuel Pakistan.
Wallace D. Fard dont le vrai nom serait Wallace Dodd Ford, serait originaire du Pakistan.

............

C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que toutes les religions, toutes les traditions ésotériques attendent l'AVENEMENT DU MEME ET UNIQUE MESSIE.

C'est ainsi que les chrétiens attendent le retour du CHRIST
Les juifs l'avènement du MESSIE.
Les musulmans, l'IMAM AL MAHDI
Les bouddhistes se préparent à l'AVENEMENT DU BOUDDHA MAYTREYA, le BOUDDHA DE L'OCCIDENT.
Les Brahmanes attendent l'avènement du KALKI AVATARA.
Les zoroastriens savent que le SAOSHYANT vit actuellement sur Terre.
Les grands initiés mongols se préparent à l'avènement de l'actuelle INCARNATION DE GENGHIS KHAN, L'EMPEREUR UNIVERSEL.
Les sociétés secrètes qui dirigent la Chine et contrôlent 1 milliard 300 millions d'êtres humains oeuvrent pour le RETOUR de TCHIN TSEU HOUANG TI, l'empereur fondateur de la Chine ( 258-210 avant JC )

Tous les grands initiés savent parfaitement que le MESSIE attendu par plusieurs milliards de personnes vit en FRANCE, PAYS DES TEMPLIERS.

...........

Maitreya

Il n'est autre que celui que les grandes religions attendent depuis des générations. Les chrétiens le connaissent comme le Christ et attendent son retour. Les juifs l'attendent en tant que Messie, les musulmans en tant qu'Imam Mahdi ou Messie. Les hindous attendent le retour de Krishna et les bouddhistes, le cinquième Bouddha, également appelé Maitreya.

Selon la tradition ésotérique, ces noms désignent en réalité un seul et même Etre, l'Instructeur mondial, appelé Maitreya. Maitreya n'est pas un chef religieux, mais plutôt un guide, venu pour inspirer l'humanité à créer une civilisation basée sur le partage, la justice économique et sociale, et la coopération internationale.

Préférant être désigné simplement comme l' " Instructeur ", il apparaît maintenant, transcendant les barrières religieuses et raciales, en ces temps de crise politique, économique et sociale, à un tournant de l'histoire de l'humanité.

Sous l'inspiration de Maitreya, l'humanité bâtira, consciemment et volontairement, une nouvelle civilisation. Il y fera bon vivre et chacun bénéficiera d'un niveau de vie décent. Les droits universels en matière de nourriture, de logement, d'éducation et de santé y seront pleinement reconnus. La technologie, au service de la vie quotidienne, fera des progrès dépassant tous les espoirs des futuristes les plus ambitieux. La science et la religion en viendront à reconnaître leur fondement commun. Les hommes, partout, prendront conscience de leur nature spirituelle et commenceront à l'exprimer. Et, libérés de la peur de la pauvreté, de la faim, de la souffrance et de la mort, jeunes et vieux ensemble découvriront le nouveau sens de leur vie.

...........

Religioscope Pourriez-vous préciser le rôle du Messie et du Mahdi dans la pensée musulmane sunnite traditionnelle?

D. Cook Il existe plusieurs figures messianiques dans la pensée musulmane traditionnelle. La première d'entre elles est Jésus. Il doit revenir après son ascension au Ciel. A son retour, sa fonction sera de tuer l'Antéchrist. Il gouvernera la terre. Il est le champion de Dieu contre l'Antéchrist. Parmi les autres figures messianiques, mentionnons en particulier le Mahdi, qu'on peut réellement considérer comme le Messie de l'islam. Jésus lui donnera le pouvoir après la mise à mort de l'Antéchrist. Le Mahdi établira un royaume semi-messianique sur terre. Les valeurs musulmanes et l'islam en général y régneront.

Religioscope Beaucoup de gens pensent que la pensée apocalyptique se manifeste surtout dans la tradition chiite. Mais votre recherche met en évidence que c'est également une composante bien réelle du sunnisme.

D. Cook Tel est bien le cas. La tradition chiite est différente: sa tendance est plus fortement messianique. Il ne pouvait donc manquer de sauter aux yeux des chercheurs que la position du Douzième Imam était celle d'une figure qui reviendrait pour fonder un royaume messianique. Cependant, dans la pensée sunnite, on trouve beaucoup plus de développements d'idées apocalyptiques dans le sens d'événements cataclysmiques supposés se produire avant la fin du monde et d'une figure messianique non millénariste, qui ne doit pas nécessairement établir un royaume messianique, mais qui serait un chef idéalisé d'Etat musulman.

Religioscope Quelle est l'aire de diffusion géographique de tels courants? Certaines zones du monde musulman ont-elles été plus marquées que d'autres?

D. Cook Il ne me vient à l'esprit aucun lieu où ne se serait produite aucune activité millénariste. Nous avons des documents sur des figures messianiques en Afrique occidentale, une dynastie messianique a régné en Afrique du Nord, il y a eu des mouvements apocalyptiques au cours des quatorze derniers siècles dans la Péninsule arabique, bien sûr en Iran et souvent en Inde. Dans les limites de mes connaissances, j'aurais plus de mal à citer des mouvements en Asie centrale.

............

Approche de la notion de "Messie"

Comme je le rappelais dans une autre rubrique, il existe environ 3800 personnes dans le monde qui se prétendent être le "Messie" aujourd'hui. Ca fait quand même pas mal pour un seul poste! Mais pourquoi y a-t-il tant de prétendants à ce titre? Le fait est que même le plus éclairé de ces grands ambitieux n'a, mais alors, AUCUN IDEE de ce qu'est un "Messie"! Ils ne voient en cela que le "top" de ce qui se fait sur la planète...

Evidemment, dans ce sens, on peut dire qu'il n'y a pas mieux, mais il serait beaucoup plus intéressant de savoir avec exactitude ce qu'est un Messie car si la nature profonde de Dieu est insondable, celle de "Messie" est déjà beaucoup plus accessible à la pensée humaine.

Alors qu'est-ce qu'un Messie? Cette notion implique un contexte immensément plus large qu'il y paraît, même avec la plus débridée des imaginations à l'appui.

La fonction messianique représente tout d'abord un tissu de responsabilités, avant d'être un titre qui les définisse. Il peut y avoir plusieurs incarnations simultanées de la Conscience Divine à la surface d'une même planète (je veux dire en pleine conscience de ce qu'elles sont vraiment, ce qui n'est pas toujours le cas), mais ce titre ne revient qu'à une seule et unique d'entre elles à la fois. Etre Messie c'est avoir la responsabilité, entre autre, de gérer les énergies en rapport avec la loi des Cycles Cosmiques (Cf. cette rubrique pour plus de détails), ainsi qu'avec celle du karma si elle est active. Il faut savoir qu'à ce stade, il s'agit, pour l'être Humain qui porte en lui la pleine conscience du Divin manifestée dans la matière, de porter sur son dos l'équilibre de toute la planète (au sens premier du terme quant à la balance des énergies de création et de destruction du monde). Ce n'est pas un rôle extrêmement facile, ni extrêmement populaire lorsqu'il est authentiquement assumé (on a souvent pas mal de chance de finir sur des croix, ou empoisonné, brûlé vif, ou simplement enfermé et accusé de tous les maux - les faux messies, sauf exagération de leur part quant à leurs actes éventuellement criminels, ne finissent jamais comme ça, tenons-nous le pour dit). C'est un rôle ingrat et profondément solitaire, mais que chaque incarnation Divine qui en est chargée accepte de bon coeur... par Amour brûlant pour l'Humanité comme pour chaque parcelle de vie ou même de poussière qui constitue le(s) monde(s).

A échelle cosmique, le Divin est, à l'image du "Messie" de la tradition hindouiste, le Seigneur KALKI, une sorte de médecin et chirurgien universel qui tantôt soigne les mondes et les univers, tantôt les retranche de la Création s'ils sont trop infestés des énergies involutives de destruction, de par l'orientation vers le mal de leur milliards de milliards de vies humaines, animales, végétales ou même minérales, risquant de mettre en péril l'équilibre du reste de la Création, comme autant de cellules cancéreuses menaçant l'intégrité de l'ensemble du reste du cops (et qui s'illusionneraient sur le fait que leur division est... naturelle). Mais le moment venu, il en va de même pour les âmes humaines... (d'où la parabole de la séparation du "bon grain" et de "l'ivraie", du jugement des vivants et des morts, etc...).

..........

Toutes les religions du monde attendent un messie. Mais la plupart, aujourd'hui, affirment que le Messie est à la porte ou bien que nous sommes entrés dans l'ère messianique ou bien encore que le Messie est déjà là.
Les juifs attendent le Mashiach, les musulmans le Mahdi, les bouddhistes le Bodhisattva Maitreya, les Hindous Krishna, les ésotéristes Maitreya, etc.

Le Messie attendu par tous
L'église romaine désigne le Pape comme représentant du Christ sur la terre. Mais les musulmans chiites ont vu en l'Imam Khomeyni le représentant du Mahdi, tandis que les Bouddhistes voient dans le Dalai Lama le représentant du Bouddha.
Les Indiens Hopi, les Mayas, etc. voyaient tous l'avènement d'un royaume de paix avant l'an 2001.
Tous attendent un homme, un maître, qui apportera la paix et la justice. Tous disent : " Il va venir maintenant, il est là, il va se révéler. "
Les partisans de Maitreya, par ex. (dirigés par Benjamin Creme), affirment qu'il est là, qu'il vit à Londres dans le quartier indo-pakistanais.

" Dans la tradition ésotérique, le mot " Christ " n'est pas un nom propre mais sert à désigner celui qui est à la tête de la Hiérarchie spirituelle des Maîtres. Maitreya, le Maître des Maîtres, est le Christ depuis environ deux mille ans, et le restera pour la totalité de l'ère du Verseau, soit pendant plus de deux mille ans encore. Maitreya est le " Frère aîné " de la famille humaine : il a pleinement accompli et réalisé son potentiel divin, potentiel qui est latent en chacun de nous et destiné à se réaliser au cours de notre propre évolution. En Palestine, il y a deux mille ans, Maitreya a uvré par l'entremise de son disciple Jésus de Nazareth "
La mission de Maitreya selon Benjamin CREME (par télépathie)

" A travers les siècles, les églises ont donné du Christ une image si mythique, que beaucoup craignent son jugement et son pouvoir omnipotent ; ils l'attendent comme un Dieu venu pour punir les méchants et récompenser les fidèles. Il est profondément regrettable qu'une vision aussi déformée du Christ ait ainsi pénétré la conscience humaine. Un tel être n'existe pas. Pour comprendre la véritable nature du Christ, il est nécessaire de le voir comme un être égal aux autres fils de Dieu, chacun doté d'un potentiel pleinement divin, et ne différant des autres que par son degré de manifestation de cette divinité "
La prochaine révélation de Maitreya au monde :

" Le jour de sa " Déclaration ", les réseaux internationaux de radio et de télévision, reliés entre eux, l'inviteront à parler au monde entier. Nous verrons son visage à la télévision et chacun entendra intérieurement ses paroles par télépathie dans sa langue maternelle, tandis qu'il s'adressera simultanément, par la pensée, à toute l'humanité. Tous les hommes vivront cette expérience, même s'ils ne regardent pas la télévision ou n'écoutent pas la radio à ce moment-là. En même temps, des centaines de milliers de guérisons spontanées se produiront à travers le monde. C'est de cette manière que nous saurons que cet homme, et lui seul, est véritablement le Christ "

" Tous, cependant, ne reconnaîtront pas en Maitreya celui qu'attendent toutes les nations. Profondément imprégnés par les écrits religieux, si fragmentaires que soient ces textes, et si altérés par le passage des siècles - beaucoup se détourneront, dans un premier temps, de cette nouvelle manifestation du Plan de Dieu pour le monde. Leur difficulté sera de concilier l'attitude simple et pragmatique de Maitreya, avec leurs dogmes et leurs attentes mystiques. Ne soyez donc pas surpris de leur rejet anxieux et coléreux"
Ces gens sont très sérieux et de plus en plus nombreux. D'autres, tout aussi sérieux, attendent le règne des extra-terrestres. Les Raéliens, en France, mais aussi de nombreux groupes dans le monde.
Dans les milieux ésotériques, on trouve une branche " extra-terrestre " qui interprète les événements et les mutations de notre monde comme voulus par des extra-terrestres. Ils parlent beaucoup des ZETA, venant de l'étoile Zeta Reticuli dans la constellation de la Lyre. Ils se manifestent aux hommes, enlèvent des individus dans le but de nous aider à passer ce changement de millénaire et de civilisation.
Voilà quelques dires des Zeta à propos de Jésus-Christ :

" Les Chrétiens proclament que Jésus était le Messie mais les Musulmans rétorquent que ce n'était pas le bon et les Juifs que le Messie n'est toujours pas venu. Ici, le problème est bien entendu qu'il n'y a aucun Messie, et donc qu'un tel qualificatif affecté à un humain ne collera jamais. L'humanité doit se sauver toute seule, et chaque humain en particulier doit se sauver lui-même. "

" La mère de Jésus put vraiment s'appeler Immaculée Conception, et il est exact qu'elle dut cela à la visite d'une entité non terrestre, entité qu'elle nomma ange. Nous aimerions rediriger le lecteur vers l'abondante documentation fournie au sujet de la capacité des extraterrestres à manipuler la génétique humaine. Jésus fut le produit de l'union d'un ovule de Marie et de sperme humain. Joseph, son mari, était un vieil homme, et rendu impuissant par l'âge. Elle avait besoin d'un donneur, mais n'était pas le type de femme à tromper son mari, quelle que fut sa mission. Elle fut assistée dans son désir d'enfant, de porter cet enfant très spécial, car aussi bien elle que son mari avaient à plusieurs reprises lancé un vibrant Appel aux entités du Service-Envers-Autrui. "

Jésus n'est pas mort sur la croix pour l'humanité, et c'était la dernière chose qu'il eut à l'esprit à ce moment-là. Jésus provoqua la colère des autorités parce qu'il prêchait que l'homme était libre et encourageait la liberté de pensée. Il n'aimait pas les changeurs, les voyant comme des usuriers parasites sur le dos du peuple qui travaillait dur, et ne se gênait pas pour le dire. Il propageait l'idée que la classe riche pourrait partager plus équitablement ses profits avec ceux qui rendaient ce profit possible, à savoir les ouvriers. Tout cela passait très mal chez les autorités, ceux qui faisaient la loi, et qui étaient en bons termes avec les banquiers, les commerçants et les riches de l'époque. Ils considérèrent Jésus comme une menace pour le confort de leur vie, comme un agitateur. Il fut crucifié suite à sa condamnation à mort, tout comme un nombre incalculable de gens se firent crucifier en ce temps-là. Est-ce que tous ceux-ci moururent aussi pour la Rédemption de l'humanité ?

De nombreuses légendes sont apparues autour de la mort de Jésus sur la croix. Jésus, qui savait bien utiliser la télépathie que les humains ont naturellement à leur disposition, avaient capté chez ses ennemis qu'ils organisaient sa crucifixion. Parce qu'il fit des commentaires sur cette issue, ses disciples spéculèrent indéfiniment sur ce qu'il voulait dire par ces observations. Il voulait simplement dire que ce à quoi il s'attendait allait se produire. Comme Jésus avait une suite passionnée de gens convaincus qu'il n'était pas un homme comme les autres, ses disciples cherchèrent à récupérer son corps pour lui faire une sépulture décente. Dans leur ardeur, ils fouillèrent plus d'une tombe, et il en ressortit l'histoire que de nombreuses tombes s'ouvrirent et que les morts se levèrent et se remirent à marcher. Bien sûr, rien de tout cela n'eut lieu ! Les curs le souhaitent ainsi, en particulier les curs qui souhaitent que Jésus soit toujours vivant, aussi sont ce les curs qui font les légendes. "
Ce qui est frappant, c'est que des individus sérieux du monde entier croient en ces choses et attendent le Maître qui apportera la paix et le bonheur.
Même dans les milieux politiques, cette idée a fait largement son chemin.
A l'O.N.U., surtout, où Sri Chimnoy enseigne la méditation, ils nous préparent un gouvernement mondial. Robert MULLER, ancien Secrétaire Général des Nations Unies a déclaré :

" Nous devons également espérer que le pape viendra aux Nations Unies avant l'an 2000 pour parler au nom de toutes les religions et les spiritualités de cette planète, et pour expliquer au monde comment le Troisième Millénaire sera un millénaire spirituel. "

" Nous devons nous diriger le plus vite possible vers un gouvernement mondial, une religion mondiale sous un gouverneur mondial "
Au Conseil des Affaires Etrangères américain, David ROCKEFELLER déclara :

" Nous sommes au bord de transformations globales. Tout ce dont nous avons besoin, c'est d'une bonne crise majeure afin d'établir le nouvel ordre mondial. "
Ce Maître, qui est-il ? Est-ce Jésus, est-ce le Messie ? Existe-t-il vraiment ? Nous veut-il du bien ?

...........

La Kabbale et la Torah
des temps Messianiques
Depuis longtemps certains croyants, théologiens et Cabalistes prédisent la venue d'un messie et situent son apparition en premier lieu en occident, plus précisément en France. Je ne sais pas s'ils ont torts ou raison, mais c'est une discussion qui ne date pas d'aujourd'hui, puisque l'un des premiers et dès plus connut à en avoir parlé se nomme Nostradamus, dans à ses prophéties, avec son fameux « son Roi Prophète » ou « Grand Monarque » mentionné dans ses quatrains. Faisant figure de « Messie du Troisième Millénaire ».
C'est tout de même au Xxe siècle que les plus grands ont adhéré à l'idée de son retour imminent, en situant sa personnalité entre Moïse et Jésus. Un nouveau messager de Dieu qui devrait d'après eux se manifester en notre nouveau et troisième millénaire, en corrélation avec la résurrection du Christ, qui eût lieu rappelez vous « le troisième jour ».

L E M E S S I E
- Dans le judaïsme le messie est attendu comme le passage de la réalité humaine dans une autre dimension, qui signifierait que ce monde est arrivé au terme de sa maturité afin que chaque peuple de la terre se réconcilient.

- Pour les chrétiens eux, le messie, c'est le retour du Maître : Jésus.

- Pour tous les Musulmans, c'est le «Mahdi », ce qui veut dire « Le Bien Guidé » (par Dieu), qui a la fin des temps fera triompher la vraie religion et la paix pour l'humanité entière.

Le Messie est celui qui a reçu l'onction,[ le sceaux de Dieu] et toute la « révélation ».
Bien que ces trois religions attendent la venue de leur messie respectif, je doute qu'elles reconnaissent l'éxistence d'une quelconque nouvelle entité spirituelle.

Moïse, Jésus et Muhammad ont prédient la venue d'un prophète comme un équivalent d'eux-mêmes.
Jésus a lui-même donné plusieurs indications sur la venue d'un prophète comparable à lui.
Également semblable à « un Moïse » ; libérant son nouveau peuple. Dans le sens que nous pouvons entendre par là que si les Juifs, représentants des descendants directs et héritiers du peuple d'Israël, n'ont pas, comme le fait constater le Christ, dans une parabole, fructifié le peu qui leur ont été donnés ; que « ce peu » leur sera retiré, et qu'à d'autres alors, il leurs sera donné plus encore que les Juifs n'ont reçu eux-mêmes
Il apparaît donc dans cette « parabole prophétique », « Un Moïse » « libérateur et détendeur » de Vraies révélations, qui se devront d'êtres plus que « comparables » à celles qui a été données au « Moïse original Hébraïque ».

Dans sa parabole, Jésus constate et prophétise, il connaît les Juifs et leur destin, il sait dorénavant, qu'il sera tué et que la conséquence logique qui résulterait de sa mort, sera le licenciement Divin, la séparation définitive du peuple d'Israël avec leur Dieu.

Dieu alors, au milieu de « la séparation » porte son regard vers les descendants d'Ismaël, les Arabes, leur frère.
Car ils sont frères à l'origine, liés par le destin.

C'est à ce moment que le Coran est donné, « la Parole de Dieu », cette fois récitée par l'ange des Annonciations "Gabriel" et écrite par les disciples de Muhammad, car il faut savoir que le prophète était illettré.

...........

Nous vivons une époque de préparation, non seulement pour une civilisation et une culture nouvelles au sein d'un nouvel ordre mondial, mais également pour un nouvel enseignement spirituel.

L'humanité ne suit pas un cours hasardeux; il existe un Plan divin dans le Cosmos dont nous faisons partie. A la fin d'une ère, les ressources humaines et les institutions établies semblent inaptes à répondre aux besoins et aux problèmes mondiaux. Lors d'une telle période, la venue d'un instructeur, d'un chef spirituel ou avatar, est attendue et invoquée par les masses humaines dans toutes les parties du monde.

De nos jours, le retour de l'Instructeur Mondial - appelé par les Chrétiens le Christ - est attendu par des millions de personnes, non seulement par ceux de foi chrétienne, mais également par ceux de toutes croyances qui attendent l'Avatar sous d'autres noms - le Seigneur Maitreya, Krishna, le Messie, l'Imam Mahdi, le Bodhisattva...

Le mirage et la déformation entourent ce fait central d'une réponse divine au besoin humain. Cela est inévitable mais sans importance. Ce qui est important, c'est le fait de la transition vers un nouvel âge. Le besoin de préparation se fait sentir afin d'introduire de nouvelles valeurs dans la vie quotidienne, de nouveaux modèles de comportement, de nouvelles attitudes de non-séparatisme et de coopération, menant ainsi à de justes relations humaines et à un monde en paix. L'Instructeur Mondial sera essentiellement concerné, non par les conséquences des erreurs et imperfections passées, mais par les exigences d'un nouvel ordre mondial et la réorganisation de la structure sociale mondiale.

.............

Un musulman peut-il accepter l'existence d'Israël ?

Rien, dans l'islam sunnite orthodoxe, ne s'oppose à l'existence de cet Etat. En tout cas, rien dans la période actuelle, qui a commencé avec la disparition du sultanat-califat ottoman et qui ne s'achèvera que lors de l'arrivée de l'Imam al-Mahdi, c'est-à-dire du Messie.

En 1919, l'émir Fayçal, chef de la famille hachémite, docteur de la Loi et musulman pieux, avait approuvé la déclaration Balfour, signé un pacte d'amitié avec l'Organisation sioniste, et félicité les immigrants juifs pour leur "retour" dans la patrie de leurs ancêtres. Ce sont les Britanniques qui ont créé de toutes pièces un conflit judéo-musulman, en trahissant Fayçal et en favorisant sottement à sa place le soi-disant mufti de Jérusalem, Amin El-Husseini, qui n'était en fait qu'un agitateur nationaliste irréligieux, et qui a fini par passer du côté des Italiens et des Allemands. Par la suite, la cause dite palestinienne a été manipulée par tous les ennemis de l'islam : les régimes arabes irréligieux ou hérétiques, le communisme athée, etc.

L'idée selon laquelle les musulmans auraient un devoir particulier envers la "Palestine arabe" n'est pas plus fondée. D'abord parce que la notion même de "Palestine" est étrangère à la littérature islamique orthodoxe, qui ne connaît que le Bilad as-Sham, une entité comprenant les Etats actuels du Liban, de Syrie, d'Israël et de Jordanie. Et ensuite parce qu'un pays, arabe ou non, n'a pas d'existence en soi: ce n'est qu'une circonscription territoriale et politique, établie dans l'intérêt de ses habitants, pour l'administration de la justice et du bien. Dans la mesure du possible, un musulman souhaitera que cette circonscription soit dirigée par des musulmans pieux. Mais entre un pouvoir non-musulman juste et respectueux de l'islam, et un pouvoir musulman hérétique, injuste et oppresseur, il doit préférer le premier. A supposer qu'une obligation de remplacer l'Etat juif par un Etat palestinien musulman soit actuellement en vigueur, la même obligation serait valable a fortiori pour la Syrie, puisqu'elle est dirigée par des alaouites, considérés par les sunnites comme des renégats polythéistes, donc bien plus infidèles que les juifs monothéistes...

............

La Fin des Temps
Toutes les religions traditionnelles et doctrines métaphysiques décrivent la Fin des Temps, la fin du cycle avec la Dernière Bataille, la Bataille Finale. Les diverses traditions traitent différemment de ce conflit, et parfois ce qui est représenté dans une tradition comme le « parti du Mal » devient dans une autre tradition le « parti du Bien », et vice-versa. Par exemple, pour les chrétiens orthodoxes, à la fin des temps le judaïsme est considéré comme la religion de l'Antéchrist, et pour les juifs les « goyim chrétiens du pays nordique du roi Gog » agissent comme une concentration du Mal eschatologique. Les hindous considèrent que le Dixième Avatar [Kalki], celui qui doit venir à la fin du cycle, éradiquera les « bouddhistes », et les bouddhistes croient que le Bouddha des Temps à venir, le Sauveur Maitreya, apparaîtra dans une communauté bouddhiste, etc. Tout cela ne témoigne pas de la relativité de la division des rôles dans la Dernière Bataille, mais de l'impossibilité de choisir à l'avance un Bien évident, de se mettre en sûreté et de prendre part à la bataille eschatologique en étant à coup sûr du « bon » coté. C'est pourquoi il est dit que pendant les Temps Derniers « même les élus seront tentés ». Le choix de l'un des deux « partis » eschatologiques ne peut être quelque chose de formel. C'est un choix de l'Esprit, c'est le Grand Risque, c'est le Grand Drame Métaphysique. Pour cette raison, dans la réalité de l'époque eschatologique et de nombreuses autorités traditionnelles et religieuses affirment que nous vivons actuellement justement une telle époque , rien ne peut servir une négativité absolue ou une positivité absolue. Et il est particulièrement stupide d'absolutiser une forme politique, de l'identifier au « Mal Absolu » ou au « Bien Absolu ». Même le commencement du vrai choix se trouve bien au delà des limites des idéologies politiques externes, au delà des frontières des divisions relatives entre démocrates, fascistes et communistes. Le vrai choix commence au niveau de la géopolitique et s'élève « le long d'une spirale prophétique » (selon l'expression de Jean Parvulesco) vers les abysses du Mysticisme, de la Métaphysique, de la Gnose, vers les abysses de l'Incompréhensible Secret Divin. L'Ordre Eurasien et l'Ordre Atlantique sont les derniers secrets de l'histoire extérieure, humaine, publique. En fait, à l'intérieur de ces Ordres existent de nombreuses autres sphères mystérieuses et fermées liées à la Pure Métaphysique. Mais de toute façon, le vrai, le rigoureux et consciencieux combat eschatologique commence justement avec l'Ordre de l'Eurasie ou avec l'Ordre de l'Atlantique. Même sans plonger profondément dans les secrets ultimes, le simple fait de combattre dans un Ordre est déjà suffisant pour être un participant actif, appelé et élu du Grand Drame.

Endkampf
Le mot allemand « Endkampf » (« Bataille Finale », « Bataille de la Fin ») exprime bien l'essence de la situation planétaire moderne. Les motifs eschatologiques, les motifs de la Fin des Temps, ne pénètrent pas seulement les mouvements religieux et mystiques, mais aussi la politique immédiate, l'économie, la vie quotidienne. En Israël, depuis 1962, les Juifs pieux vivent dans un certain « Temps final », dans le « Temps du Messie ». Les Etats-Unis aspirent à établir sur la planète un certain Nouvel Ordre Mondial. Le mondialiste européen Jacques Attali prêche pour la venue de la phase finale d'un certain Régime Commercial. Les musulmans (en particulier les chiites) attendent dans un futur proche le prochain Mahdi, l'Imam caché. Les hindouistes sont assurés de la fin rapide du Kali Yuga, l'Age Obscur. Il y a une renaissance de l'eschatologie raciste dans les mouvements nationaux-socialistes mondiaux. Dans les communautés chrétiennes circulent toujours plus de prophéties concernant le Dernier Pape (Flos Florum) pour les catholiques romains et le Dernier Patriarche pour les orthodoxes. Les lamaïstes sont sûrs que l'actuel Dalaï-Lama sera le dernier. La Chine s'est durcie dans son attente mystique. Le communisme soviétique est tombé soudainement et de manière inattendue. Tous ces signes nous indiquent le début du Endkampf, le début de la Dernière Bataille. Et dans le contexte eschatologique même les paroles de l'hymne communiste « C'est la lutte finale » sonnent comme une révélation troublante, comme une allusion au Endkampf planétaire.

..........

DU MAHDI

Q : Quels sont les éléments les plus probants susceptibles d'accréditer la Tradition Mahdiste ?

R : L'avènement de Mahdi " portant le prénom du Prophète Mohammed est corroboré par une cinquantaine de hadiths, traditions authentifiées du Messager d'Allah ".

Deux mobiles probants semblent accréditer la Tradition Mahdiste : restaurer le règne de la justice sur terre et l'élimination de l'oppression et de la tyrannie d'une part, et d'autre part, la préparation du messianisme. Ce hadith, cité par Abou Dawoud, dans ses Sonan, est rapporté par Abou Saïd el Khoudry qui ajoute que le Mahdi exercera son pouvoir, durant sept ans, avant la venue de Jésus-fils-de-Marie. Une autre variante de ce hadith qualifie le Mahdi, de Vicaire de Dieu sur terre. Quoique non Prophète, il sera chargé d'assurer la prospérité humaine, dans une ère nouvelle, marquée par l'abondance du cheptel, la richesse agricole, la répartition équitable des biens et des fortunes, exigée par l'explosion démographique des êtres humains, dont l'ostensible mécréance est doublée d'exhibition importune. Le Mahdi s'installera, alors, à Jérusalem. D'où vient-il ? Un hadith, rapporté par Abou Nou'aïm dans son Hilia, le fait venir de Khorassân (province au Nord de l'Iran), à la tête d'escadrons, portant des étendards de couleur noire. Il est vrai qu'un autre hadith, rapporté par Ibn Mâja, nie tout avènement Mahdiste, proclamant que Jésus est le véritable Mahdi; mais l'authenticité de ce hadith, méconnue par les autres recueils orthodoxes, est douteuse. El Hâkim le considère comme apocryphe. Le Messager d'Allah a tenu à souligner, dans maintes traditions, sciemment authentifiées, le double avènement de Jésus et Mahdi. Ibn 'Abbâs avance même un hadith cité par Abou Nou'aïm où le Prophète Sidna Mohammed parle de trois phases, dans la communauté musulmane, marquée en premier, par Sidna Mohammed lui-même, suivi par Mahdi, avec le vénéré Jésus, à la fin.

Un autre hadith rapporté par Ahmed Ibn Hanbal, dans son Mosnad et Tabarâny, dans ses Sonan, spécifie que Jésus sera accompagné d'un groupe de croyants, appartenant à la communauté musulmane, " en tant que monothéistes abrahamiques ", geste qui atteste l'unité foncière des législations révélées. Le fait même que Mahdi ne soit pas un Prophète, marque le rang sublime de Jésus, qui ne reviendra sur terre, qu'après le septennat mahdiste. Mahdi, Saint dans la hiérarchie des Abdâl, n'est pas un Qotb (pôle); mais le Prophète l'aligne, à propos de son maqâme (stade initiatique) , sur ses deux Khalifes : Abou Bekr et 'Omar, d'où la vénération spéciale affichée par Jésus, à son égard, en lui accordant le droit de présider une prière commune, en tant que représentant du dernier des Prophètes, Sidna Mohammed. On peut se demander, alors, quel lien existe-t-il entre ce double avènement et la fin des temps ?.

LA FIN DES TEMPS

Q : En effet, à l'heure où se répand l'idée de "Fin de l'histoire" et où resurgissent moult idéologies millénaristes, quelle place donner à la théorie des cycles et à l'eschatologie de la consommation des siècles ?

R : L'idée de la "fin de l'histoire" est celle exprimée, autrement, par les termes coraniques d'approche de l'Heure. Parlant de l'avènement du Messie, Jésus-fils-de-Marie, le Coran y voit "un indice certain de l'approche de l'Heure". Mais, cette "théorie des cycles" ou "eschatologie de la consommation des siècles", est loin d'être précise, même en recoupant quelques dizaines de hadiths mineurs qui demeurent vagues, car Dieu a sciemment caché la délimitation temporelle de cette approche. Ces signes se firent jour, depuis des siècles; mais les véritables indices qui constituent les signes précurseurs majeurs de l'approche de l'Heure, sont déterminés par leurs contours moins flous, mais qui demeurent toujours imprécis. La conscience nettement définie de cette approche demeure " l'exclusivité d'Allah " (hadith de Mouslim et Tirmidhy). Il est vrai que, d'une façon générale, l'humanité semble atteindre la fin des temps; mais ce genre d'approche se compte par siècles. Parmi ces indications, signalées dans la Tradition, figurent : l'écoulement du temps qui semble passer avec plus de rapidité (hadith de Tabarâny) ; une humanité de plus en plus méchante (Mouslim); l'ascension des parvenus (Boukhari); des inflations excessives (Sonan); l'avènement de faux messies, parmi les Musulmans ou les Chrétiens (l'un d'entre eux a connu un sort unique, c'est le faux Jésus de Nazareth). Un hadith (rapporté par Boukhari et Mouslim) spécifie comme signes de l'approche : les combats engagés par les Musulmans contre les Juifs et la prospérité de l'Arabie qui sera jalonnée de ruisseaux abondants et de prairies verdoyantes. Mais, les véritables prémices , qui signaleront le commencement de la fin, peuvent se résumer en deux indices essentiels. Il s'agit du renversement de l'axe de rotation terrestre (le soleil se lèvera de l'Occident, pour venir se coucher en Orient) et de l'avènement du Messie. Comme commentaire du verset indiquant l'approche de l'Heure, la plupart des exégètes pensent qu'il s'agit de Jésus dont la résurrection, à la fin des Temps, annoncera l'approche de l'Heure. Certains hadiths, afférents à cet événement, sont plus précis. D'après les Sonan (de Nassaiy et Tabarâny), Jésus, dans son mouvement messianique, sera accompagné par un groupe de combattants ou partisans musulmans. Là, un autre hadith précise que tous les Gens du Livre ajouteront foi à ce messianisme. Les Chrétiens reconnaissent en Jésus-Christ, le libérateur, rédempteur des péchés, envoyé par Dieu, pour rétablir son Royaume (abrahamique) sur terre (l'Ancien Testament).

Tous les Prophètes et Messagers d'Allah, de tous temps, en proclamant le messianisme de Jésus, avertissent leurs communautés (Boukari et Mouslim) contre le faux-messie, qui (selon Mouslim) demeurera une trentaine ou quarantaine d'années sur terre, soutenu par 70.000, juifs venus d'Ispahan (au Sud de Téhéran). Le Messie Jésus-fils-de-Marie, demeurera quarante ans, tuera la race porcine, abattra la croix (gibet sur lequel on croit faussement que Jésus fut crucifié) et délivrera le Mahdi, assiégé avec ses groupes musulmans, à Jérusalem, par le faux-messie qui sera également tué par Jésus. Ce qui est curieux dans la signalisation de Mahdi est sa teinte arabe ainsi que sa stature corporelle " israélite ". Il s'agit là, sans doute encore une fois, d'un caractère spécifiquement abrahamique, qui marque le monothéisme commun des Religions Révélées. Les Prophètes Isaac et Ismaël, fils d'Abraham, ne sont-ils pas frères? Les fils d'Isaac et de Jacob (appelés Israïl) (les Israélites) et les fils d'Ismaël (les Arabes) le sont inévitablement.

Il résulte de cet exposé, que Jésus, après son avènement en tant que Messie, décédera, quarante ans après cet avènement. Un hadith (rapporté par Mouslim, Tabarâny et Abou Dawoud), affirme que les funérailles de Jésus se feront à Médine et qu'il sera inhumé, près du Tombeau du Prophète Sidna Mohammed. Ce qui va à l'encontre du millénarisme, doctrine du millenium qui fait durer le règne du Christ, pendant un millier d'années.

...........

"A quoi ressemblaient les Aztèques ? Au temps de la splendeur de Tenochtitlán, ils constituaient déjà une nation conquérante, bien installée au cur de la plus belles vallée du monde de, tel qu'il le connaissaient, avec ce mélange de dureté et de douceur propre aux empires solidement assis. Nous connaissons leur intransigeantes sculptures; nous savons ce qu'ils mangeaient; nous savons qu'ils étaient amateurs de jardins, qu'ils mêlaient de l'ambre au tabac qu'ils fumaient, qu'ils attendaient - peut-être sans grande impatience - un messie blanc d'au-delà des mers."

..........

Wovoka

Références Légende

Recherche de sites web

Amérindien de la tribu des Paiutes (près du lac Walker, Nevada, v. 1856 - Schurtz, Nevada, 1932).

Son nom signifie «le Coupeur». On pense qu'il était le fils de Tavibo (ou Tavito), un chef religieux paiute. Wovoka fut un homme-médecine qui mena une vie paisible au milieu des Paviotsos, la branche septentrionale des Paiutes. Pendant un temps, il travailla pour le compte de David Wilson, un colon blanc. C'est pourquoi il est également connu sous le nom de Jack Wilson.

Thèmes associés

Vers 1889, Wovoka eut une expérience spirituelle lui annonçant la venue d'un messie qui allait rendre aux Indiens leurs terres et leurs guerriers disparus. Il recommanda alors des danses et des chansons rituelles pour se préparer à cette arrivée. Connu sous le nom de «danse des Fantômes», ce rituel, qui se répandit dans la plupart des tribus indiennes, depuis les Grandes Plaines jusqu'aux Rocheuses, comportait de nombreux éléments empruntés à la théologie chrétienne, que Wovoka connaissait.

Malgré le caractère pacifique de ces enseignements, de nombreuses rumeurs firent craindre aux Blancs une insurrection. Afin de prévenir tout incident, le ministère de la Défense envoya des troupes importantes pour occuper les territoires sioux. Cette «invasion» provoqua la révolte de 1890 à laquelle on a donné le nom de «guerre du messie» ou «guerre de la danse des Fantômes». L'assassinat du chef Sitting Bull et le massacre de plus de 150 Indiens à Wounded Knee (29 décembre 1890) brisèrent la foi en ce culte, qui s'éteignit rapidement.

Chronologie (1890): Fin des guerres indiennes

Wovoka passa les dernières années de sa vie dans l'isolement et mourut à Schurtz, dans le Nevada, le 20 septembre 1932.

...........

Sitting Bull est assis devant sa hutte et il écoute Kicking Bear lui parler de la Danse des Esprits.
Kicking Bear est allé au loin au-delà des montagnes, jusqu'au Nevada, et il y a rencontré Wovoka, le Messie qui prêche cette nouvelle religion.
Wovoka enseigne qu'au printemps, une nouvelle terre recouvrira l'ancienne. Les Indiens devront danser pour se maintenir à la surface de cette boue pendant qu'elle engloutira tous les Blancs et les Indiens incroyants. Ensuite, le Messie enlèvera tous les Danseurs dans les airs et les ramènera sur la terre nouvelle qui se sera couverte d'herbe grasse et où seront revenus les troupeaux de bisons et de chevaux sauvages. Alors le Messie ressuscitera tous les ancêtres morts, et les Indiens vivront heureux.
Kicking Bear a les yeux qui brillent en expliquant cela. Sitting Bull sourit tristement. Il ne croit pas à ce renouveau, il ne croit pas que les morts puissent renaître et les blancs disparaître, mais il sent l'élan de cet espoir. Il connaît l'importance de la danse, les pouvoirs de la danse. Elle permet de grandir, de prendre conscience de sa profondeur, de devenir un être meilleur. Il ne veut pas empêcher les siens de rêver.

.............

90 Indiens originaires de villages qui se trouvent dans les montagnes éloignées du Pérou ont été convertis en un temps record de deux semaines environ. La nouvelle a fait la couverture de l'édition du week-end du journal Ha'aretz datant du 19 juillet. Les convertis ont été depuis convoyés vers Israël et envoyés directement dans deux colonies israéliennes en Cisjordanie, Alon Shvut et Karmei Tzur. Ils étudieront dans une yeshivah et prieront aux frais de l'état, pour l'arrivée du Messie.

.........

Depuis les temps anciens, l'homme a toujours voulu connaître le futur. Afin d'apaiser son inquiétude, dans le passé il a consulté les oracles, les sibylles, les devins et les prophètes. De nos jours, cette quête se poursuit dans le même sens; l'homme consulte les médiums et les voyants.
Les prophéties sont une réalité de l'existence humaine, elles ont de tout temps existé et nous pouvons admettre qu'elles font partie de la vie de l'homme, car l'homme s'est largement inspiré des prophéties pour orienter sa vie.
Nous vivons dans une époque importante de l'histoire de l'humanité, une époque de grands changements tant sur le plan matériel que spirituel. Selon la loi des cycles, et confirmé par les prophéties, le début du 21e siècle sera celui de la grande transformation de la conscience de l'homme.
L'enseignement diffusé au cours des siècles passés et compilé dans les textes sacrés des grandes religions, a révélé que chaque changement d'ère ou de cycle est marqué par la venue d'un Être exceptionnel sur terre, soit un messager, un fils de Dieu, un «sauveur» ou un avatar, tous des incarnations Divines.
Selon ces mêmes textes sacrés, l'humanité est sur le point de vivre un changement de cycle majeur qui provoquera une grande «purification» parmi les hommes. Ces deux événements ne sont point séparés de l'apparition de Dieu sur terre.
En effet, l'homme s'attend à vivre divers événements dans un avenir rapproché, mais surtout il attend le retour de Celui qui, dans le passé, avait promis qu'il reviendrait à la fin des temps afin d'apporter la paix et l'amour à tous les hommes.
Cette «Seconde venue» ou «Celui qui vient» est connu sous divers noms selon les religions et les peuples :
Christ pour les chrétiens.
Maitreya pour les bouddhistes.
Iman Mahadi pour les musulmans.
Messie pour les juifs.
Kalki Avatar pour les hindous.
Chamba ou Kalika Rudra pour les tibétains.
Mirokou pour les japonais.
Shri Tunjung Seta pour les javanais.
Quetzalcoatl pour les indiens du Mexique.
Pahana pour les indiens Hopi d'Amérique.
Actval Ereto (Saschioch) pour les mazdéens.
Balder pour les scandinaves, etc.

Le souhait des dirigeants des grandes religions de notre monde est de voir venir dans ses rangs la «Seconde venue» sous une forme identique - ou semblable - à celle que cet Être avait été dans le passé : Jésus, Bouddha, Rama, Krishna ou autre. Cette venue apporterait le prestige et la gloire dans la religion «élue» et il leur serait facile par la suite d'imposer leur doctrine au reste du monde. Mais en sera-t-il ainsi?
L'histoire qui suit, bien que romancée, n'est pas une pure imagination de l'auteur. Cette histoire s'est construite à partir de faits, d'allégories, de symboles et de prophéties déjà connues du grand public. Il ne faut surtout pas oublier que derrière l'invraisemblable se cache parfois la vérité et en face de ce qui est plausible, l'illusion nous éblouit de sa splendeur.

......

"Ecoutez, voici ce que mentalement j'ai vu, il n'y a pas si longtemps. D'après ma vision, la lumière électrique touche à sa fin. On se sert trop de l'énergie électrique, pour la télévision, et pour aller sur la lune. Le jour vient où la nature tarira l'électricité. La police sans torches électriques, la bière devenue chaude dans les réfrigérateurs, les avions tombant du ciel, et jusqu'au président qui ne pourra plus appeler personne au téléphone. Un jeune homme viendra, ou plusieurs hommes, qui sauront comment en finir avec l'électricité. Ce sera douloureux, comme un accouchement. Des viols dans l'obscurité, des ivrognes saccageant les magasins pour se procurer de l'alcool, de nombreuses destructions. Bien que les Blancs se croient malins, avertis, si les machines s'arrêtent, les voici perdus, parce qu'ils ont oublié comment se tirer d'affaire sans elles. Un Homme de Lumière se présente alors, apportant avec lui une étincelle nouvelle. Il en sera ainsi avant la fin du siècle. L'homme doué de ce pouvoir réalisera aussi quelques autres bonnes actions -il mettra un terme à l'énergie atomique et aux guerres, simplement en en finissant avec l'électro-pouvoir du monde blanc. J'espère voir cela, mais en même temps j'ai peur. Ce qui sera sera."

(Tahca Ushte. De mémoire indienne)

.........